institut d'études systémiques - rendre le changement possible Rendre le changement possible

Les familles migrantes entre spécificité de la prise en charge et risque de stigmatisation


Formateurs
Francine Rosenbaum, Catherine Lewertowski, David Puaud, Katell Fontaine

Ce stage est composé de 7 journées d’ateliers, animées par Francine Rosenbaum, Catherine Lewertowski et Katell Fontaine, ainsi que d’une journée de conférence animé par David Puaud. Les journées d’atelier alterneront les apports théoriques et l’étude de situations.

  Module 1

Catherine Lewertowski abordera pendant deux jours la question de la situation de l’enfance en situation transculturelle.

Aujourd’hui, les transformations sociétales, les mutations des schémas familiaux, les mouvements migratoires modifient le travail de terrain des professionnels de la protection de l’enfance qui accompagnent des situations complexes, sans disposer des grilles de lecture nécessaires. En effet, peu formés aux particularités de ces familles, ils font face à des incompréhensions, des malentendus et des blocages, paralysant l’action. Comment construire une alliance autour de l’enfant avec des familles dont les systèmes de pensée et les actes sont parfois éloignés des modèles occidentaux ? Comment permettre aux familles de comprendre nos logiques institutionnelles souvent obscures et le sens de nos actions ? À l’heure de la mondialisation, la clinique transculturelle met en perspective nos connaissances universitaires et pratiques. Elle ouvre un champ inédit de savoirs qui complexifie nos compétences afin d’offrir à toutes les familles, d’ici et d’ailleurs, l’évaluation la plus juste de leurs difficultés et l’accompagnement le plus adapté.

Objectifs :

> Sensibiliser les professionnels à l’intérêt des approches transculturelles.

> Acquérir des notions indispensables en anthropologie de l’enfance et de la famille.

> Se familiariser avec les outils techniques du champ : interprétariat, médiation.

Module 2

Durant les deux premières journées Francine Rosenbaum rappellera l’asymétrie entre l’usager migrant et les institutions qu’il fréquente. Comment accueillir et créer le lien quand nous ne partageons pas la langue ? Comment créer le contexte de la rencontre ? A travers des échanges sur les expériences professionnelles des stagiaires, Francine Rosenbaum mettra en lumière comment le génogramme et les médiations ethnocliniques peuvent nous aider à faire émerger le récit familial, à comprendre les souffrances, les humiliations.

Une grande importance sera également accordée à l’exploration du symptôme de l’enfant au regard du contexte d’origine et les effets pervers du rôle de l’enfant traducteur.

Objectifs :

> Reconnaître les bonnes pratiques en approche transculturelle.

> Repérer les points de blocages principaux dans nos manières d’intervenir.

> Analyser les conditions nécessaires d’une véritable alliance familles-professionnels.

Conférence de David Puaud :

Les questions qui traversent les professionnels exerçant auprès des familles migrantes sont diverses mais elles sont aussi très liées à l’actualité. Dans sa conférence, intitulée « Le risque de radicalisation au prisme de l’origine familiale. Repérage et accompagnement des situations problématiques », David Puaud nous aidera à réfléchir au risque de radicalisation. Comment repérer les situations qui sont réellement problématiques et donc éviter la stigmatisation des familles migrantes ?

Son travail vise à faciliter le repérage et l’accompagnement des situations problématiques concernant la radicalisation pour les professionnels sur le terrain. Les objectifs de cette journée se développeront à partir d’éléments réflexifs quant à la prévention de la radicalisation liés aux terrains d’études de David Puaud, abordées dans ses ouvrages « Le spectre de la radicalisation. L’administration sociale en temps de menace terroriste » et « Jeunes en voie de radicalisation. Mythes, réalités et travail social » (2018) et à partir de situations concrètes liés à son expérience de terrain dans un centre de désengagement de la radicalisation violente entre 2016 et 2018 (RIVE : Recherche et Intervention sur les Violences extrémistes).

Les objectifs de cette journée seront les suivants :

> Appréhender les techniques attitudes, dispositions et méthodes d’action visant au désengagement de la réalisation de violences radicales extrémistes.

> Intégrer des clés de compréhension sur la thématique des radicalités/radicalisations dans le contexte familial et le phénomène des replis communautaires.

> Prendre en compte la disponibilité biographique des sujets radicalisés afin de permettre la mise en place de stratégies de civilités.

Module 3

La prise en compte des injustices vécues et l’engagement de l’intervenant seront mis en avant comme étant des leviers thérapeutiques indispensables à activer.

Ce dernier module animé par Katell Fontaine permettra, à travers des échanges, des présentations de cas et des jeux de rôles, de mettre en application les notions apprises.

> Pratiquer les différentes notions et techniques de l’approche transculturelle.

> Savoir s’utiliser soi-même pour travailler avec les familles migrantes.

 

RETOUR
AU DÉBUT